Glossaire

  

GLOSSAIRE

 

Bourre : Gigantesque fagot que l'on précipitait dans une barre rocheuse, en un point favorable, pour créer une draye. Par extension, on nomma ainsi tous les fagots.

 

Bret : Vieux terme dauphinois désignant un passage étroit dans les rochers.

 

Chemin : Un chemin est une ancienne voie à chars ou une voie permettant le passage des véhicules forestiers par exemple. C'est-à-dire un passage large d'environ deux mètres.

 

Chemin de vidange : C'est une draie ou son prolongement dans les champs. Il n'y a parfois aucune différence avec un chemin ordinaire.

 

Débarouler : Corruption péjorative de débarder. Signifie tomber ou dégringoler, descendre des fagots ou des billes dans une draie ou une falaise.

 

Draye ; Draie : Couloir naturel ou non pour descendre les produits des exploitations forestières.

 

Drayon : Petite draie en travers pente, utilisé aussi comme sentier ou chemin d'exploitation.

 

Liassons : Terme local corrompu de la riotes. Le liasson désignait précisément les fagots de sarments servant à retenir la terre des vignobles. Chez les fagotiers, le terme c'est imposé aux fagots de fils de fer remontés de la vallée et servant à ficeler les fagots de bois. Ces liens longs d'environ 1,60 servaient plusieurs fois. Les extrémités torsadées étaient redressées à chaque nouvelle utilisation.

 

Riote : Lien de noisetier, d'osier, de chanvre, de fer, servant à lier les fagots.

 

Sangle : Un sangle est un terme régional désignant une corniche boisée, plus ou moins contournante.

 

Sente ou Piste : C'est un sentier à peine marqué, peu fréquenté ou fréquenté par certains animaux. Parfois aussi les passages faits par les sangliers sont si importants qu'on peut les confondre avec des sentiers.

 

Sentier : C'est un passage peu découpé dans le paysage et qui permet tout juste le passage du mulet et de l'homme. Un chemin muletier est avant tout un sentier, très fréquenté. Il peut devenir un chemin. Au Néron, on observe parfois de curieuses rayures sur les rochers des sentiers : ce sont les traces des sabots des sangliers.

 

Vioule ; Viole ; Viol : Ce terme peu connu en Chartreuse désigne une sente ou un mauvais sentier qui escalade de brets en sangles des escarpements abrupts... D'où le verbe viouler. En fait, le terme est certainement une déformation de violet (sentier) dont le vocable en patois se présente sous la forme "vyoule" dans le Rhône ou "vyole" dans l'Ain. Nous trouvons aussi le terme "Viol Voisinal" qui désignait un chemin ordinaire entre l'Hermitage et Narbonne...